Guide de pêche Pyrénées | Gaves & Nives | Espagne

Enfin une manita de truites trophées sur les gaves !

Prendre des grosses truites est toujours un plaisir incommensurable !

Voici un article qui résume mon expérience dans la traque des grosses truites sur le bassin des gaves et qui pourrait porter comme titre :

« Où et comment pêcher pour attraper une grosse truite ? »

Que d’émotions ces grosses truites capturées au fil du temps, toutes représentent l’histoire d’un jour : certaines étaient présentes au rendez-vous fixé, d’autres là par hasard se montrèrent à moi sans vraiment que je ne m’y attende, puis pour les plus belles et les moins visibles aussi, cette chance d’être là le bon jour, au bon endroit au bon moment et que tout se passe bien jusqu’à la capture.

Ici, sur le bassin des gaves du Béarn, une belle truite peut dépasser 40 centimètres sur les parties basses et intermédiaires des bassins hydrographiques. Mais une truite fario sauvage qui dépasse les 60 centimètres reste relativement rare et exceptionnel !

En ce qui me concerne, c’est vers mes vingts ans que,pour la première fois, j’ai pu admirer  de prêt une truite sauvage de cette taille, souvenir inoubliable malheureusement la photo numérique n’existait pas encore… Puis patienter encore vingt années pour réaliser une « Manita » de 60+ !

truite trophée coup du soir

61 cm prise au coup du soir à la mouche

Etre souvent au bord de l’eau mais pas que…

Toutes les techniques de pêche en eaux vives rendent possibles la prise de belles, chacun se devant de choisir celle qu’il préfère ou emploiera suivant son savoir-faire technique au regard de la saison, de l’activité et des conditions environnementales, bref, celle qui vous semblera la plus judicieuse sur l’instant ; après, y a plus qu’à !

gosse truite trophée prise à vue

61 cm prise à vue

Pour ma part, je tiens compte de mon expérience technique et pratique et du temps que je m’accorde pour arriver à une telle situation de capture.

truite trophée des gaves

61 cm en dérive aux appâts naturels

Deux formes d’approches se trouvent alors généralement confrontées : Agir sur l’agressivité ou, à contrario, sur l’alimentation, et parfois un mélange des deux…

  • Un poisson est en phase d’alimentation, on optera pour une pêche se rapprochant du régime alimentaire du moment : pêche aux appâts naturels / artificiels, à la mouche fouettée…
  • Le poisson est en phase de chasse ou de dominance territoriale, on optera pour une pêche incitative ou excitative façon pêche au lancer ou à manier.

A la vue de mon expérience et de mon territoire, le rapport entre temps passé au bord de l’eau et capture d’une belle truite m’amène à privilégier la pêche à la mouche, puis la pêche aux appâts et en dernier, la pêche au lancer.

grosse truite

63 cm prise à la mouche en 2014

Certainement que mon expertise dans les deux premières techniques m’amènent à les pratiquer plus souvent, mais c’est aussi dans celles-là que je trouve que la difficulté pour faire venir le poisson à l’hameçon sont les plus fines et les plus complexes. Sans dénigrer la pêche aux leurres qui demande aussi technique, connaissances et pratique, cette pêche permet malgré tout de toucher plus aléatoirement de beaux poissons sans que le technicien pêcheur ne soit d’un excellent niveau. Après, heureusement, tout n’est pas mâché parce que l’on pêche aux leurres, bien au contraire, seuls les plus performants connaissant cette pêche sur le bout des doigts obtiennent des résultats réguliers ; ce qui n’est pas encore mon cas, même si je m’exerce de plus en plus dans cette approche par souci de toujours apprendre et progresser, je sais qu’elle pourrait me permettre d’attraper des truites encore plus extraordinaires à l’avenir !

Enorme grosse truite des gaves

63 CM de muscles

Par contre, si je dois être amener à privilégier le nombre de touches à la taille des truites, alors mon choix se porte rapidement sur des pêches sous l’eau, les appâts naturels ayant toujours ma préférence sur la pêche façon nymphes artificielles ou micro leurres.

L’attitude à aborder pour traquer les belles :

Chaque technique a ses spécificités, chaque technique possède des variantes, mais toutes peuvent attraper des belles truites. A nous de bien réussir dans l’exercice de la traque des truites fario trophées. Toutefois, partons d’un constat évident, si ces mémères sont toujours dans leur élément, c’est qu’elles sont devenues très méfiantes et certainement éduquées par de probables relâches ou combats perdus par le pêcheur. Donc le défi est de taille ! Il vous faudra rester humble et accepter les capots : pêche ingrate en perspective !!

  1. Traque des grosses truites, canne à mouche en main :

La pêche à la mouche est par tradition une pêche de surface ou de sub surface qui permet d’attraper bon nombre de truites en visuel. Le traditionnel gobage (ou montée de la truite sur l’invertébré aquatique dérivant sur la surface des flots) est certainement le meilleur moyen pour identifier un poisson actif. Voilà bien le plaisir et le moment que recherchent l’essentiel des pêcheurs au fouet. Mais les vrais chasseurs de trophées apprennent à pêcher différemment et la traque de ces spécimens devient tout autre. Ces « stratèges » dont je fais parti adoptent un vrai plan de chasse pour l’occasion et n’attendent pas forcément que les éclosions et les gobages se mettent en place. Voici en quelques règles, comment fonctionnent ces pêcheurs et le profil qu’ils adoptent :

  • Matériel irréprochable,
  • Analyse systématique des conditions environnementales,
  • Connaissances entomologiques,
  • Sélection des postes,
  • Peu de lancer pour pêcher l’eau,
  • Ignorance des petits poissons actifs,
  • Progression en pêche lente,
  • Couverture du territoire importante,
  • Technique de pêche et lancers irréprochables,
  • Expérience et connaissance des beaux poissons et de leurs habitats,
  • Connaissances des mœurs des poissons suivant la saison,
  • Visions aquatiques et subaquatiques expérimentées,
  • Réseau avec d’autres passionnés du genre…
  1. Traque des grosses truites en pêchant aux appâts :

La pêche aux appâts, comme dit plus haut, est la technique reine pour attraper nombre de poissons en un temps de pêche réduit. Du fait que la truite séjourne généralement proche du fond et qu’elle reste opportuniste face à l’alimentation de proximité, elle se nourrit principalement des mollusques et invertébrés aquatiques mais aussi de tout ce qui dérive à sa hauteur de façon accidentelle (vers de terre, insectes terrestres, insectes volants…). Il est donc fondamental de « suivre » la saisonnalité et de proposer le menu qu’il conviendra de manière naturelle. Et surtout d’aborder des zones de pêche appropriées à la traque des grosses truites car ces mamans exigent un espace de vie qui les cantonnent dans des zones précises. Donc, le choix du parcours de pêche est primordial, en clair choisir la proximité d’une zone synonyme de « cimetière à lignes » est souvent un choix stratégique juste et justifié. Les trucs que je m’impose pour réussir une belle capture :

  • Analyse systématique des conditions environnementales,
  • Matériel et construction de la ligne irréprochables,
  • Adaptation du matériel en fonction de la saisonnalité,
  • Concentration à toute épreuve,
  • Stratégie de prospection,
  • Technique de pêche expérimentée,
  • Diversité de l’habitat propice à l’hôte recherché,
  • Connaissance du parcours,
  • Sélection des postes en fonction des vitesses de courant et des profondeurs,
  • Approche discrète,
  • Lecture et analyse constantes des structures de surface et subaquatiques,
  • Recherche des veines nourricières,
  • Positionnement irréprochable face au poste sélectionné,
  • Modulation et ajustement de la plombée de façon régulière,
  • Sélection des appâts de pêche suivant les saisons,
  • Fraîcheur des appâts,
  • Précision des lancers,
  • Optimisation du premier passage de ligne (souvent le bon),
  • Conduite de ligne naturelle ou ralentie suivant saisonnalité,
  • Connaissances du comportement et mœurs des poissons suivant les saisons,
  • Réseau avec d’autres passionnés du genre…
  1. Traque des grosses truites façon pêche au lancer

Pas besoin de préciser qu’une grosse truite est carnivore, elle s’attaque aux autres poissons et à ses congénères au besoin d’en faire son 4 heures ou juste de faire respecter son territoire. Un intrus passant par là de façon diplomatique ou exacerbé et tout son déchaînement instinctif provoque une attaque violente ou une manœuvre d’intimidation. A nous d’être capable de la faire réagir par un coup de dents bien orienté qui facilitera alors la capture.

L’explosion de la pêche aux leurres, de ses pratiques et des nombreux modèles disponibles sur le marché (leurres souples, durs, lames, ondulantes…) nous feraient presque oublier la pêche aux poissons naturels, la bonne vielle pêche au manié ou à la dandine, toujours aussi redoutables de nos jours. Phénomène de mode, la pêche aux leurres artificiels est bigrement efficace et facile d’emploi quoi qu’assez onéreuse. Mais pas besoin d’une multitude de modèles pour déclencher l’agressivité de dame fario, seulement être capable de choisir son leurre et son animation pour le faire évoluer efficacement dans la zone de vérité. Voilà en vrac mes grandes règles afin de pêcher avec justesse au lancer :

  • Matériel et construction de la ligne irréprochables,
  • Expérience dans la technique,
  • Analyse systématique des conditions environnementales,
  • Approche discrète,
  • Longueur et puissance de la canne en fonction de la saisonnalité et de la pêche envisagée,
  • Sélection des postes en fonction de l’habitat, des vitesses de courant et des températures intérieures / extérieures,
  • Choix du leurre taille / poids / couleur / nage en fonction du cours d’eau et de la saisonnalité,
  • Choix de l’animation à mettre en oeuvre,
  • Lecture et analyse constantes de l’eau de surface et subaquatique,
  • Positionnement irréprochable face au poste sélectionné,
  • Prospection méthodique de la zone (distance de lancer, vitesse et hauteur de pêche),
  • Connaissance du comportement et mœurs des poissons suivant les saisons,
  • Réseau avec d’autres passionnés du genre…

Voici un récapitulatif non exhaustif des bonnes méthodes et des stratégies à mettre en oeuvre pour capturer une « Grosse » sur le bassin des gaves, mais nul doute que ces conseils pourront s’externaliser car les rivières à grosses truites sont heureusement encore nombreuses et les amateurs de sensations fortes toujours plus présents.

De mon côté, je continuerai à traquer les grosses truites ici et ailleurs en suivant l’évolution des techniques car ces lingots d’or sont devenus une véritable drogue qu’il faut, je l’avoue, consommer régulièrement pour me sentir heureux.

N’oublions jamais que la plupart de ces poissons sont encore pour la plupart d’excellents reproducteurs, ils ont donc une valeur inestimable et sont garants de l’avenir : relâche obligatoire !

En conclusion :

Pour finir et résumer cet article « où et comment pêcher pour attraper une grosse truite ? » en une seule phrase : « préférer pêcher les endroits techniques et difficiles et surtout croyez-y ! »

A bientôt et vivement une prochaine truite trophée de 60+ pour commencer une nouvelle « Manita » !

Prochain article à suivre sur mon blog et qui viendra compléter celui-ci, un bilan sur la croissance de la truite sur le bassin des gaves du Béarn. Pour quelles raisons elles atteignent d’aussi belles tailles par endroit? Un article qui permettra d’informer et de comprendre les raisons d’une forte croissance de ces poissons suivant leur répartition géographique.

A bientôt
Lionel ARMAND

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *