Guide de pêche Pyrénées | Gaves & Nives | Espagne

Les 10 essentiels de la panoplie du pêcheur de truites

Quelque soit le pêcheur de truites, quelque soit sa pratique et sa technique, chacun est équipé plus ou moins confortablement pour s’adonner à sa passion.

Par cet article, j’ai cherché à rassembler l’essentiel, la base de ce qu’il me semble bon d’avoir avec soi lors d’une partie de pêche et d’en donner éventuellement les raisons. Cette panoplie standard du truiteux sera à compléter par chacun suivant la technique de pêche à laquelle il s’adonne…

Matériel pêche au toc Pezon&Michel

Panoplie du pêcheur aux appâts naturels

L’équipement de base du pêcheur de truites :

Le wader :

Devenu courant dans les rangs des pêcheurs, il permet de pratiquer et de se déplacer en restant au sec. Cette salopette en tissu multi-couches à bretelles est bien pratique pour ne plus se soucier de sa progression en action de pêche dans l’élément liquide. Grande rivière ou petit ru, il est régulier de traverser ou d’avancer dans le cours d’eau, donc pour éviter le bain, vive le wader ! 

Devenu léger avec les modèles en membranes respirantes ou mieux en goretex, il est facile de se déplacer avec cette combinaison poids plume, qui préservera aussi son pêcheur en temps de pluie ou par vent froid. D’ailleurs, comme les 3/4 ou 5 membranes qui le compose sont fines, il est préférable de porter en dessous un collant technique qui vous évitera les saisies de sang, souvent responsable de chutes indésirables et refroidissantes dans le cours d’eau…

Cette combinaison en toile permet de garder une bonne liberté de mouvement et remplace avantageusement les cuissardes souvent trop courtes et les waders en néoprène, trop lourds et trop chauds en été. Se terminant par des chaussons en néoprène, il vous faudra chausser des godillots par dessus. Ces chaussures de wading sont spécialement conçus pour notre pratique. Un point de l’article leur est consacré.

Leurs points faibles, le prix et le côté fragile de l’ensemble. D’ailleurs, tenez surtout compte des couches structurantes sur les jambes (au moins 4) gage de résistance aux perforations.

waders silversonic zip orvis

Waders Silversonic zip de chez Orvis : un produit pratique doté d’une bonne résistance à l’usure

La paire de lunettes polarisantes :

L’effet miroir de la surface de l’eau réverbère les rayons lumineux du soleil. Nos yeux en souffrent régulièrement et altèrent à la longue notre acuité visuelle. Donc, dés le départ, n’hésitez-pas à acquérir une paire de lunettes polarisantes et anti-uv. Préférez les classes 3 bien meilleures protectrices estampillées de la norme CE. Pour la composition du verre, cela sera suivant votre bourse et la fréquence d’usage. Les verres polycarbonates sont peu onéreux et peuvent très bien convenir. Par contre, ils seront sensibles aux rayures et à la buée. Les verres minéraux accentuent la qualité visuelle et sont plus résistants à la rayure, personnellement, c’est celles que je choisis mais c’est un autre budget.

Vous pourrez ensuite opter pour l’option photochromique qui adaptera l’ambiance lumineuse en fonction de la clarté, choisir des branches fines ou plutôt enveloppantes pour un meilleur confort en pêche intensive, et définir la couleur des verres en fonction de votre usage habituel. Si vous bénéficiez d’une bonne mutuelle pour vos lunettes, n’hésitez-pas à vous les faire fabriquer sur mesure et choisissez des marques reconnues dans la lunette outdoor.

La couleur des verres pour la pêche à la truite sont soit clairs (jaunes, verts) pour le printemps, soit foncés pour l’été (bleus, noirs). Les coloris ambrés/cuivres jouent la polyvalence.

Plus que protéger les yeux, la polarisation réalisée permet d’acquérir un autre regard sur la rivière. On distingue et on analyse les fonds, ce qui serait parfois impossible à l’œil nu. Indispensables pour réussir, les informations qu’elles apportent entraînent une lecture de l’eau fine et précise. Elles sont aussi incontournables pour les pêches à vue des poissons.

lunettes polarisantes Panorama Photocontrol jmc

lunettes polarisantes Panorama Photocontrol jmc

La casquette ou couvre chef :

Pour venir en complément de la paire de lunettes, une casquette avec une visière suffisamment longue est un plus pour filtrer partie des rayons lumineux verticaux ou obliques. Ne pas être ébloui est gage de confort et le couvre chef sert à cela, mais peut aussi éviter les coups de soleil, les gouttes sur les verres des lunettes en temps de pluie, protéger le front par grand vent, la tête lors d’un passage pluvieux…

Donc un plus incontestable en action de pêche. Il participe aussi au look et chacun adopte son modèle suivant le style et l’intérêt. Casquette, chapeau, visière, à vous de choisir…

Question design par contre, pour la truite, mieux vaut rester dans des coloris neutres et qui se fondent dans la nature. Les truites voient mieux qu’on ne le croit…

Casquette de pêche à la mouche orvis

Casquette camouflage de chez orvis

La poubelle à fil :

Un petit accessoire qui devrait être obligatoire tellement il est utile et pratique. J’en possède un sur tout mes gilets et chest-pack. C’est la poubelle à fil « monomaster ». L’objet ressemble à un bigoudi avec un manche façon brosse à cheveux enveloppé dans un corps en plastique gris et muni d’une fente d’entrée pour y présenter le fil usagé. Il suffit ensuite de tourner le manche et le fil est enroulé sur les poils synthétiques internes du bigoudi. 

Avec cet objet sur soi, plus d’excuses, le fil usagé aura sa place dans cette mini poubelle portable et non plus au fond des poches, ou pire, n’importe où dans la nature smiley.

La même idée peut être reprise par les fumeurs, récupérer les mégots et une obligation par respect envers la nature qui nous accueille et les autres utilisateurs des bords des rivières. Le système le plus employé et le plus pratique semble être la boîte métallique à ouverture par pression sur le couvercle.

Monomaster poubelle à fil

Poubelle à fil Monomaster

Le gilet ou un « chest-pack » :

Pas besoin de développer tellement cela semble évident, il nous faut porter de quoi stocker le petit matériel. Et pour ça, le choix est souvent fait entre « chest-pack » et gilet. Le gilet plus confortable quand à la répartition du poids sur les épaules mais les poches trop nombreuses nous font oublier où sont rangés chacun des accessoires de pêche. Le « chest-pack » concentre le matériel devant nous et impose de sélectionner l’utile et l’indispensable. Par contre, comme souvent placé déporté vers l’avant au niveau du thorax, il peut-être à l’origine d’un mauvais positionnement du corps en partie de pêche et créer à la longue des lombalgies.

Existent aussi les bananes de pêche, idéales mais très limitantes en matériel emporté, les « hip pack » intéressants en volume mais un peu trop bas sur le pêcheur, et les sacs à dos, pas toujours pratiques en terme de rangement et de positionnement arrière.

plastron eaux vives heritage pezon & michel

Plastron Eaux-Vives Héritage de chez Pezon & Michel

Les chaussures de wading :

Indissociables du wader, les chaussures de wading s’enfilent par dessus les chaussons en néoprène terminant votre combinaison de pêche. Trois qualités de fabrication s’offrent à nous : les toiles, les similis cuir et les cuirs véritables (nubuck). Classées croissant en terme de qualité et de prix de vente.

Les chaussures en toile sont les plus légères mais se déchirent assez vite. Les similis cuir résistent mieux aux conditions d’immersions répétées et de déplacements en terrain accidenté. Elles sont aussi assez lourdes. Mais pour une longévité garantie, mieux vaut opter pour le cuir véritable. Ces chaussures, bien plus lourdes une fois mouillées, vous accompagneront probablement plusieurs saisons et le prix à l’achat sera amorti dans le temps si l’on prend le temps de nourrir le cuir avec de la graisse.

Dans tous les cas et quelque soit la composition, éviter de faire sécher vos chaussures au plein soleil ou prés d’un radiateur après votre sortie. Les fibres seraient alors fragilisées par cet apport de chaleur excessive et créeraient des points de faiblesse très vite remplacés par des craquelures ou des déchirements.

Pour la semelle, les fabricants proposent généralement deux possibilités : la semelle en feutre ou en caoutchouc (vibram). Personnellement, je vous recommanderai la semelle feutre pour les massifs des Pyrénées ou des Alpes. l’accroche de ces semelles sur les fonds d’algues que composent le biofilm est bien supérieure au caoutchouc. Par contre, le feutre est interdit dans certains pays d’Europe et sur d’autres continents, donc pour ceux qui envisagent de voyager, optez pour le vibram.

Possibilité d’intégrer dans la semelle neuve des clous en acier ou en tungstène. Ils accrocheront mieux le terrain pentu et sécuriseront lors des déplacement sur les portions terreuses ; ils retardent aussi l’usure, mais seront bruyants dans l’eau et alerteront certainement de nombreux poissons, car n’oublions pas que l’eau est conductrice et que le bruit s’y propage très vite.

Pour accroître la durée de vie des chaussures, je vais vous donner une astuce à faire juste après votre achat. Passez toutes le coutures à la colle « stormsure » ou « aquasure ». Cette couche de protection va polymériser après quelques heures et protègera ainsi le point faible des chaussures des entailles dues aux chocs contre des cailloux cisaillants. Ne vous en privez surtout pas !

chaussures wading clearwater boot felt orvis

Chaussures de wading clearwater de chez Orvis

La pochette étanche :

Comme tout pêcheur d’eau douce, il vous faudra posséder votre permis de pêche pour vous acquiter du droit de pêche obligatoire à chacun. Et le posséder en action de pêche, prêt à le présenter à tout moment si vous êtes contrôlés par la garderie…

Pour le sécuriser et justifier qu’il vous est propre autant le conserver sur vous et au sec. C’est ce que vous permettra la pochette étanche. De plus en plus de marques intègrent cette pochette dans les poches de rangement des waders et autres vestes de pêche, ce qui est bien pratique.

Sinon, possible d’en acquérir une pour quelques euros. Celles se portant « tour de cou » ont ma préférence car facilement accessibles. Préférez le format téléphone pour y associer votre mobile, à moins que vous soyez au bord de l’eau en recherche de paix et de tranquillité coûte que coûte…

pochette-etanche-permis-de-pêche-telephone

Pochette etanche avec cordon pour permis de pêche & téléphone

L’épuisette :

À adapter en fonction des milieux fréquentés habituellement et des tailles moyennes des poissons présents. Si le manche ne doit pas être forcément très long (une vingtaine de centimètres suffira), le tamis est lui à choisir avec justesse. Plus il est circulaire et plus ça sera facile de faire glisser la truite dans le filet. Inconvénient, plus il y aura de filet qui pend et plus le risque de s’accrocher dans les branches et autres ronces sera fréquent.

L’arceau sera en plastique, en aluminium, en métal ou en bois. La poignée en plastique, en mousse ou en bois. Le filet en nylon ou en plastique.

Pour vous aider dans le choix de votre épuisette, je vous recommande les tailles approximatives suivantes :

  • Truites jusqu’à 35cm : épuisette de de 60cm de longueur et tamis de 30x40cm
  • Truites jusqu’à 45cm : épuisette de de 65cm de longueur et tamis de 35x45cm
  • Truites jusqu’à 55cm : épuisette de de 75cm de longueur et tamis de 45x55cm

Raccordée à votre ceinture ou bien dans votre dos grâce à un cordon extensible et un jeu d’aimants, elle vous suivra partout et deviendra votre alliée fidèle pour capturer avec plus de facilité, donc moins de stress, de nombreuses truites.

Pour les amoureux de beau matériel, des artisans passionnés fabriquent des épuisettes en bois avec des essences nobles et stylisées à la demande. De véritables œuvres d’art qui rajoutent du plaisir à la pêche. Dons ci votre budget le permet, je vous invite à vous rapprocher de ces créateurs hors-pair.

Épuisette en bois Brodin

Épuisette en bois Brodin

La lime :

Un petit outil qui rend bien des services et qui l’air de rien participe à la réussite d’une partie de pêche à la truite. Accrocher est une déconvenue qui arrive à tous, mêmes aux meilleurs rassurez-vous. Je dirai même que celui qui n’accroche pas n’est qu’un menteur ou bien ne pêche pas aux bons endroits. Car bien souvent, les endroits les plus délicats sont les plus porteurs.

Par ces accrocs, nos hameçons s’émoussent et perdent de leur piquant. Donc, deux solutions possibles, soit en changer (difficile en soi pour les hameçons multiples des leurres ou bien pour ceux qui ne sont pas à l’aise avec le montage de bas de ligne), soit sortir la lime et affuter afin de retrouver du piquant.

Pour savoir si votre hameçon est valable, positionner la pointe sur un de vos ongles de façon verticale et essayer de le déplacer latéralement. S’il reste en place, votre pointe est aiguisée, si elle dérape trop facilement, passez-là à la lime sans attendre !

affute-hamecon-jmc-rail

Affûte hameçon de chez JMC

La pince à bec long :

Que vous pêchiez avec des hameçons à ardillon ou dépourvus, cet outil pratique vous sera toujours utile pour retirer l’hameçon quand vos doigts n’y arriveront pas. Des mords d’une petite dizaine de centimétres suffisent pour libérer avec délicatesse et par l’arrière un hameçon pris un peu trop bas dans la gorge. Pareil pour un hameçon piqué dans le charnu de la bouche ou à la commissure, un mouvement de bascule à 180° suivi d’une légère impulsion vers soi et le tour est joué, votre hameçon est dégagé.

La pince évitera de blesser le poisson et pour le pêcheur de récupérer son hameçon. Mais elle servira aussi à casser les ardillons et pourra dépanner : pour intervenir lors d’un problème mécanique avec un moulinet ou pour redresser un hameçon légèrement tordu par exemple.

Pince spécial ardillon JMC

Pince spécial ardillon JMC

La veste de pêche imperméable :

Un temps de pluie fait sortir les truites, il y a donc tout intérêt d’être présent au bord de l’eau malgré cette gêne. Les poissons et souvent les jolis sujets se positionnent dans les veines nourricières et perdent de leur méfiance du fait de l’abondance de nourriture et du temps moins clair qui les rassurent.

Pour profiter au mieux de ce regain d’activité, mieux vaut être équipé d’une veste de pluie étanche et de bonne qualité. Et pour cela, pas de mystère, il faudra encore y mettre le prix.

Les points importants qui la compose devront être :

  • Une capuche
  • Des coutures et zip étanches
  • Respirante
  • Légère
  • Des fermetures par scratch aux poignets doublées de préférence d’un serrage élastique aux poignets
  • Discrète

Vous voici prêts à profiter de la piquée sans vous soucier du temps.

veste de pluie sonic tailmaters jacket Orvis

Veste de pluie Sonic de chez Orvis

Panoplie du truiteux : fin de la check list 

Pour en terminer, je dirai que cette liste de matériel est bien sûr non exhaustive. Ces articles qui composent la panoplie du pêcheur de truites sont à mes yeux essentiels. Mais d’autres ustensiles ou objets importants peuvent bien sûr se rajouter à la liste suivant la saison ou suivant la région de pêche. Citons par exemple : la crème solaire, l’anti-moustique, la lampe frontale, le coupe fil (ou ciseau), le batôn de wading…

Épuisette bois Brodin truite

Panoplie du pêcheur à la mouche

J’espère avoir pu vous aiguiller dans le choix des articles jugés incontournables et à posséder pour aborder sereinement la pêche de dame fario, et ce, indépendamment de la technique pratiquée. 

Au plaisir et à bientôt pour un nouvel article.

 

5 reflexions sur “Les 10 essentiels de la panoplie du pêcheur de truites

  1. Florent

    Bonjour Lionel c’est Florent « J’ai participé à un cours pour débuter à la pêche à la mouche, début avril 2015 ».

    Merci pour ton topic, je me suis laissé tenter par le Chest pack pezon version Havane ainsi que la lime pour aiguiser les hameçons. Et surement aussi la paire de lunette de qualité dont tu parles.

    En espérant te rencontrer au bord de l’eau prochainement malgré le peu de temps que tu vas avoir cette année.

  2. JEAN PIERRE LAVAILL

    Un article précis, minutieux (comme tu sais l’être dans ton guidage) et complet et qui a le mérite de changer de ceux que j’ai pu lire habituellement…
    Excellent conseils
    Merci

  3. Soulier

    Merci pour cet article très intéressant avec beaucoup de conseils utiles. Par contre il serait bien de faire le même article avec un budget accessible à tous 🙂

    1. Lionel ARMAND Auteur de l'article

      Merci pour ce commentaire.
      Toute cette panoplie représente un budget sans contexte !
      Et précision sur les articles avancés dans l’article, il ne sont là que pour illustrer et servir d’exemple, le choix est tellement vaste qu’il y en a pour toutes les bourses. Donc, heureusement que des produits bon marché peuvent tout à fait convenir pour nous équiper.
      Je crois que le choix de chaque article doit être fait par chacun en évaluant le budget alloué et la durée de vie attendue en retour (directement liée à la fréquence de pêche) .
      Au plaisir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *